L’histoire moderne des transports, du solex au scooter électrique moderne

Le transport représente depuis longtemps un secteur extrêmement dynamique au sein duquel les progrès technologiques, spectaculaires, réinventent en continu un marché tendu, et hyper concurrentiel.

En particulier, les deux roues tiennent une place particulière. Ceux-ci ont en effet un taux de renouvellement encore plus important, s’adressant aux citadins et aux conducteurs les plus jeunes, parfois dans l’attente de l’obtention du sésame nécessaire à la conduite de la voiture. De fait, l’histoire des véhicules deux-roues légers se rapproche de l’histoire de notre société. Chacune des époques depuis le siècle dernier a vu l’émergence d’un modèle emblématique, produit en grand nombre et connu de tous. Chaque véhicule possède ainsi son histoire, et est à sa façon un témoin des aspirations, des inquiétudes, des progrès et des problématiques de sa période de gloire.

Solex, une marque innovante de l’industrie automobile naissante

La marque française Solex a été fondée au début du vingtième siècle, par un duo d’ingénieurs issus de l’école centrale. Elle fournit alors des pièces mécaniques à l’industrie naissante du transport. Continuellement à la recherche d’améliorations à apporter à leurs produits, les créateurs de la société innovent en continu. C’est en 1918 qu’est déposé le brevet qui a révolutionné durablement le transport des particuliers. En apportant l’idée d’essayer de combiner un moteur à explosion miniaturisé au cadre d’une bicyclette allégée et optimisée, Solex crée un moyen de transport simple, économique, léger et pratique.

Malheureusement, la violente crise économique puis la deuxième guerre mondiale empêcheront la poursuite immédiate des recherches. Cependant les efforts finissent par donner des résultats et permettent à l’entreprise Solex de commercialiser son premier modèle de bicyclette motorisée en 1946.

Le Vélosolex démocratise le transport motorisé et permet l’émancipation des français

Les procédés industriels ne sont pas encore rodés, et la fabrication reste chronophage, ce qui se répercute sur les tarifs du premier vélosolex. La cylindrée devenue caractéristique de 49cm est atteinte dès 1953.

En optimisant en continu ses chaines de production, par l’amélioration constante du produit, la marque Solex diminue les coûts en augmentant pourtant l’attractivité de ses Vélobécanes. Celles-ci seront mises à la portée de toutes les bourses. Solex aura incontestablement un acteur majeur de la démocratisation du transport motorisé et de la mécanique. La mécanique simplifiée permet un entretien minimal, l’autonomie est largement suffisante pour pouvoir se déplacer à sa convenance, d’autant que les stations essence sont présentes partout. En outre, la marque sait toujours séduire en proposant régulièrement de petites améliorations, de nouveaux coloris…

C’est en 1966 que sera présenté le modèle 3800, devenu mythique et dont les exemplaires continuent à être échangés à prix d’or sur les sites de ventes aux enchères. Devenu entretemps Motobécane, puis MBK, la production de mobylettes thermiques sera stoppée définitivement en 1988, après près d’un demi-siècle d’existence. En 2019, Les pièces détachées pour solex sont toujours disponibles !

Du scooter à la motorisation électrique, symboles de la fin du pétrole ?

Avec la démocratisation des transports motorisés, la quête de vitesse et de liberté a amené de nouveaux problèmes, notamment de mortalité précoce sur les routes. C’est alors que se pose la question des règles à établir, des moyens de surveillance qu’il faut mettre en place pour assurer la sécurité des usagers.

De nouvelles normes, de nouveaux dispositifs apparaissent, puis deviennent obligatoire avec l’émergence de la sécurité routière. Les mobylettes que l’on réparait soi-même laissent la place aux scooters. Très vite également, à la suite des krachs pétroliers, la consommation de carburant devient aussi une nouvelle question qu’il convient de se poser. On cherche alors à diminuer la consommation, la recherche de la performance n’est plus synonyme de vitesse, mais d’efficacité énergétique. Or, à l’instar des trottinettes électriques apparus en masse récemment, les scooters de dernière génération les plus efficients sont électriques eux-aussi. Apportant un confort de conduite accru, une capacité d’autonomie dépassant celle de certains anciens modèles thermiques, moins bruyants, et déclinables en de nombreux designs, les scooters électriques représentent un concentré des dernières innovations en la matière.

Est-ce justement un hasard si la marque mythique Solex a été reprise et produit elle aussi en France l’Infinity, modèle de scooter électrique ?